•  
 

Les chemins de fer oubliés, opportunités à saisir


Partager

 

Un peu partout autour du monde, les voies ferrées ont perdu leur pertinence suite à la démocratisation de l’automobile. Certaines sont encore utilisées, bien entendu, mais d’autres ont été laissées à l’abandon par les compagnies qui voulaient s’en débarrasser. En 1992, un comité de consultation est mis sur pied au Québec, pour décider comment utiliser ce terrain, alors que plusieurs groupe de pression s’y intéressent. La décision: en faire des pistes récréotouristiques. Depuis, plus de 1300 km de voies ferrées ont été transformées en pistes multifonctionnelles, pour le vélo, la marche, le ski de fond et la motoneige.

 

Au Québec, ce sont principalement les régions qui sont concernées, avec comme exemple Le P’tit Train du Nord, probablement la plus reconnaissable de ces pistes. Elles apportent tourisme de loisir dans certaines régions qui avant accueillaient presque uniquement des chasseurs-pêcheurs. Maintenant, c’est une clientèle internationale qui en profite. Il reste encore certaines anciennes voies ferrées à transformer au Québec, mais une question de fonds et de mécontentement des agriculteurs ralentit la mise en place de projets.

 

Les avantages sont grands pour les cyclistes aussi. Ces pistes sont isolées de la circulation automobile, sont interrompues par moins de traverses et entraves à la circulation fluide, ont de plus faibles dénivellations, et proposent des paysages inédits. Les pistes cyclables agréables attirent les cyclistes aux infrastructures avoisinantes, et il en va de même pour les autres utilisateurs de ces pistes multifonctionnelles.

 

Des projets semblables existent à l'international, dans plusieurs pays européens et aux États-Unis, avec le concept de Rails to Trails. Il y a aussi un autre phénomène, semblable mais pas identiques: l’équivalent en promenade piétonnière. Probablement la plus célèbre, la High Line de New York, est une ancienne voie ferrée surélevée transformée en promenade, avec du mobilier et des plantations. La High Line produit de l’ombre, ses plantes produisent de l’oxygène, et cette végétation urbaine aide à combattre les îlots de chaleur.